Lien

Communiqué de presse de la session ordinaire de la COBAC du 21 septembre 2020

La Commission Bancaire de l’Afrique Centrale s’est réunie en session ordinaire le 21 septembre 2020 à Libreville, par visioconférence.

La Commission Bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC) s’est réunie en session ordinaire le 21 septembre 2020, par visioconférence, sous la présidence de Monsieur ABBAS MAHAMAT TOLLI, Président statutaire de la COBAC et Gouverneur de la BEAC.

Au cours de cette session, la COBAC a pris acte de l’évolution et de l’analyse des risques encourus par le système bancaire au 31 juillet 2020 et par le secteur de la microfinance de la CEMAC au 30 juin 2020, compte tenu des perturbations induites par la pandémie de la
Covid-19, tant au plan économique que financier.

Par la suite, elle a examiné l’évolution des réformes engagées au sein du Secrétariat Général sur financement de l’Unité de Gestion des Réformes des Institutions Financières de la CEMAC (UGRIF).

En outre, après avoir pris connaissance de l’état d’exécution du programme d’enquêtes de l’exercice 2020, la Commission Bancaire a adopté celui de l’exercice 2021. Elle a également examiné l’exécution du budget de l’année 2020 et demandé à son Président de saisir le Gouverneur de la BEAC en vue de présenter son projet de budget de l’exercice 2021 à la prochaine réunion du Conseil d’administration de l’Institut d’émission.

Tenant compte du contexte macro-économique, la Commission Bancaire a décidé d’aménager et de proroger les dispositions de la décision COBAC D-2017/260 du 24 octobre 2017 portant modalités de dérogation aux taux de pondération déterminés selon les critères de convergence de la surveillance multilatérale et applicables aux engagements portés sur les Etats de la CEMAC.

Par ailleurs, la Commission Bancaire a délivré des avis conformes pour l’agrément de trois établissements de microfinance (EMF) dont un de première catégorie et deux de deuxième catégorie. Elle a refusé de donner l’avis conforme pour l’agrément de deux établissements de microfinance de deuxième catégorie.

Elle a également autorisé la modification du capital social d’un établissement de crédit et d’un établissement de microfinance.

  1. Communiqué de presse - 320 Ko